Qu’est-ce qu’un vin bio et comment le reconnaitre ?

Vin

En France, les ventes de vins bio ont doublé ces 4 dernières années, alors qu’elles ne représentent que 3,7 % du marché du vin, et de plus en plus de viticulteurs se tournent vers les vins bio. Si les vins bio ont la cote aujourd’hui, c’est grâce à leurs modes de production différents des vins conventionnels : plus respectueux de l’environnement et meilleurs pour la santé. Vu l’abondance des produits, il est préférable de savoir comment reconnaitre un vin bio.

Qu’est-ce qu’un vin bio et comment en reconnaitre ?

Un vin bio est un vin issu de la viticulture (culture du raisin) avec des mesures phytosanitaires et des produits d’origine animale, végétale ou minérale. Il est issu de la culture biologique et bénéficie dans la plupart des cas du label AB. En plus de ne pas utiliser de produits chimiques, les vins bio sont élaborés selon un cahier des charges très précis fixé par l’Union Européenne. Il concerne à la fois la production de raisins et la vinification des raisins. Sur l’étiquette, si la marque « AB » est facultative, la marque européenne « Bio » est obligatoire : elle mentionne le code de l’organisme certificateur et la provenance des matières premières agricoles. Les intrants ajoutés dans le processus de brassage (tels que le soufre et l’acide ascorbique) sont très limités. Contrairement aux vins conventionnels, les vins biologiques sont beaucoup moins riches en sulfites, grâce à leurs méthodes de production qui interdisent l’utilisation d’engrais chimique et de synthèse à forte teneur en composés soufrés. Pour votre santé, favorisez un vin bio comma le vin de bourgogne ou le vin de la loire ou d’autres vins disponibles sur ce site

Pourquoi choisir du vin bio ?

Primo, le vin est vulnérable à l’oxydation. C’est à cause des bactéries incorporées dans le vin lors de la macération. Pour l’empêcher de se transformer en vinaigre, des sulfites, en particulier du soufre, sont ajoutés. Ces molécules de petite taille tuent les bactéries et levures indésirables pour protéger le vin et maintenir sa qualité. L’objectif du vin biologique est de réduire l’usage de ces sulfites sans compromettre la conservation du vin. Car selon l’Organisation Mondiale de la Santé, les sulfites sont dangereux pour la santé si on en consomme en excès. La consommation optimale de sulfites est de 45 mg par personne et par jour. Les vins traditionnels en contiennent 150 à 200 mg par litre. Les vins bio réduisent ainsi de 33 % la quantité de sulfites en bouteille. Un autre objectif du vin biologique est de réduire l’utilisation de pesticides dans la culture des vignes et le vin bio ne contient pas les 10 à 12 traces de pesticides que l’on trouve dans les vins traditionnels. Puisque dans certains cas, les pesticides utilisés peuvent être cancérigènes ou mutagènes selon l’INRS.

Du vin biodynamique : quel type de vin ?

Ce vin est encore plus bio qu’un bio, car il y a plus de vins bio que de vins bio ! Ce sont des vins biodynamiques. Au départ, le philosophe autrichien appelé Rudolf Steiner mettait en garde les agriculteurs contre les dangers de l’utilisation d’intrants chimiques et les faisait remettre en question l’utilisation de produits naturels (tels que les cornes de vache ou leurs excréments… évidemment, tout cela est très nature). Les cultivateurs de vignes convaincus par cette démarche n’utilisent que des produits 100 % naturels pour « dynamiser » leurs plantes. Les passionnés de leur terroir et de leurs vins produisent des vins de grande qualité, basés sur des normes strictes et un bon sens évident pour respecter les cycles de la nature. Cette méthode de production, la Biocinétique, est portée par les labels « Demeter » et « Biodyvin ».

Le Vindigo, c’est quoi ?
Découvrez l’histoire de Château Haut Brion